Apprivoiser le sommeil

December 8, 2017

 

 

Que l’on soit adulte ou ado, la TCC (Thérapie Comportementale et Cognitive) ça marche !

 

 

Nous sommes tous sensibles aux journées qui raccourcissent et au manque de lumière. Nos journées en pâtissent et nos nuits également. Les insomnies apparaissent plus facilement en automne et au début de l’hiver, car le manque d'ensoleillement perturbe la production de mélatonine, l'hormone régulant notre sommeil.

Les troubles du sommeil sont extrêmement fréquents, ils touchent plus d'un tiers de la population adulte. Des enquêtes menées dans les collèges et les lycées montrent que beaucoup d’adolescents, eux aussi, rencontrent des problèmes de sommeil : 37% des 15-19 ans révèlent avoir des difficultés à s’endormir et se réveillent trop tôt le matin sans pouvoir se rendormir.

La TCC est très efficace pour dire adieu aux mauvaises nuits. Elle permet de diminuer la peur des conséquences du mauvais sommeil et de substituer aux comportements qui entretiennent l’insomnie, des stratégies permettant d’apprivoiser le sommeil, comme par exemple : apprendre comment fonctionne le sommeil, recevoir des consignes d’hygiène pour bien dormir, repérer les premiers signes de fatigue, se fixer des objectifs pour passer moins de temps au lit ou encore affronter nos peurs et nos croyances, ce qui permet de devenir plus tolérant face à l’inconfort et à l’incertitude que génère l’insomnie.

Résultat concluant pour Justine : « En 10 séances, ma perception a complètement changé ! J’ai arrêté de voir la fatigue comme une catastrophe et j’ai essayé de dormir dès que j’avais un peu de temps. Du coup, j’ai retrouvé assez d’énergie pour être capable de me remettre au sport, ce qui m’a fait beaucoup de bien. Je suis beaucoup plus positive depuis que l’insomnie ne fait plus partie de ma vie. Se coucher plus tard a été pour moi une stratégie payante. On a découvert que je passais trop de temps au lit et que ça entretenait mon insomnie ».

En effet, forcer les insomniaques à moins dormir est, bizarrement, souvent une stratégie gagnante pour attaquer le mal. Après quelques nuits écourtées sur commande, beaucoup se sentent mieux que d’habitude. « Ils ne sont plus inquiets d’être fatigués, car ils savent pourquoi ils sont fatigués, et ils dorment mieux, parce que des nuits courtes accroissent le besoin de dormir», explique Sylvain Dagneaux, Docteur en psychologie et formateur au DU TCC de Lille.

La TCC fonctionne très bien pour ce type de difficultés. Non seulement elle accroît peu à peu la durée du sommeil, mais diminue beaucoup la détresse qu’engendre l’insomnie. Elle permet de lâcher prise.

« C’est la clé.  Ça peut sembler contre-intuitif, mais le meilleur sommeil est souvent celui dont on ne s’occupe pas ! ».

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à me consulter.

Vous voulez en savoir plus voir, cliquez vers le lien ci-dessous : « Combattre l’insomnie sans médicaments ». http://www.tcci.fr/IMG/pdf/2017-01-26-1904_ca_m_interesse_1_.pdf

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

 Catherine VIDAL - 6 bis, Impasse de France - 06800 Cagnes-sur-Mer - Tél. 06 23 26 83 31 - vidalpsyconseil@gmail.com

​© 2017 - Réalisation : www.o2gam.com

© Photographies Eric Escoffier,  www.ericescoffier.com

  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook - White Circle